Vaccination - Provaccins vs Antivaccins

De Analyse Développement Hacking
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Naviguer dans ce wiki : Accueil du wiki - Objectifs - Administrateur - Bureautique - Développeur - Intégrateur - Marketing - Multimédia - Objets numériques - Jeux - We make Hack
Consulter le site : Accueil du site - Annuaire - Blog - Forum - Outils - Utilisateur     Consulter le Redmine : Accueil du Redmine

Vaccination - Provaccins vs Antivaccins

Selon les spécialistes, les premières vaccination a démarré dès l’Antiquité.
« C’est alors qu’on s’est rendu compte que des personnes touchées une première fois par une maladie infectieuse bénéficiaient d’une sorte d’immunité lors d’une deuxième épidémie », explique le professeur Maxime Schwartz, ancien directeur général de l’Institut Pasteur.
La médecine chinoise réalisera une avancée décisive en développant, dès le Moyen Âge, la variolisation. La méthode est simple : elle consiste à prélever du pus chez une personne faiblement malade de la variole puis à l’inoculer à des enfants indemnes pour les protéger. « Ce n’était pas sans risque car dans 2 à 3% des cas, les enfants développaient vraiment la maladie et en mouraient », souligne le professeur Schwartz.

Quel est le rôle d'un vaccin

Notre système immunitaire se défend généralement très bien tout seul contre les maladies bénignes.
L'organisme réagit en fabriquant des anticorps qui constituent un rempart contre la maladie.
L'organisme se révèle insuffisamment armé face à des maladies infectieuses comme la polio, le tétanos, l'hépatite, la rage...
Le vaccin a la propriété de stimuler notre système immunitaire en produisant des anticorps qui, en cas d'infection, sauront reconnaître et arrêter l'agent véhiculant la maladie.
Cette immunité est plus ou moins durable, mais, pour certaines vaccinations, les rappels empêchent qu'elle ne s'éteigne.

Quelle position tenir sur les vaccins

Je ne me positionne pas comme étant un anti vaccin, mais, j'en appelle à la liberté de penser et de réfléchir lorsqu'il est question de campagne de vaccination de masse et obligatoires.
On remarque une certaine virulence lorsqu'il est question de la vaccination, certains n'hésitent pas à diminuer, insulter, menacer, ou narguer leurs interlocuteurs.
Difficile dès lors d'avoir un débat serein quand certains communicants usent de stratagèmes malveillants pour fausser le débat.

Le principe de précaution

Que ce soit pour les provaccins ou pour les antivaccins, le principe de précaution ne doit pas servir à empêcher les personnes de s'exprimer, bien au contraire.
Se montrer borné à vouloir faire croire que le vaccin est la solution ultime à toutes les maladies est, je pense, trompeur et très dangereux.
Dénigrer les connaissances et les découvertes sur les vaccins n'a également aucun sens.
C'est un sujet complexe, mais, personne ne détient la vérité sur ce sujet et les conséquences de la vaccination, sur le long terme notamment.
De nombreuses découvertes seront encore réalisées dans l'avenir, confortant très certainement les provaccins autant que les antivaccins.

Obligations vaccinales

Les lois d'obligations vaccinales en France sont en contradiction avec la loi sur la liberté de choix thérapeutique.
Article L.1111-4 du code de la santé publique (LOI n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé - dite loi "Kouchner")
De plus l'arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme rendu en 2002, qui précise « qu’en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales » (Arrêt SALVETTI c/Italie – CEDH Décision du 9 juillet 2002 ; n° 42197/98).

Croyances personnelles

Je ne suis pas spécialiste des virus, mais, de culture scientifique.
La culture scientifique m'oblige à réfléchir par moi même en pensant aux risques possibles qui pourraient exister avec la vaccination obligatoire.
Cela est d'autant plus vrai quand des communicants tiennent des discours qui semblent incomplets et qui minimisent les risques de rendre malade une personne en bonne santé, en les décrédibilisant.
Ce genre de méthodes semblent d'avantage le travail de groupes de pressions servants à casser des opposants, que le travail de vrais scientifiques, qui, eux, savent prendre en compte une thèse et son antithèse.
"Aucune virus n'a réellement disparu, de ce fait, on ne peut pas dire que les vaccins aient permis de réellement faire disparaître un virus."
Cette information m'a été rapportée par un médecin, devant le parlement européen de Strasbourg.
"Les virus se renforcent et évoluent."
Souvenir de cours de biologie.
Je pense qu'on joue un jeu très dangereux avec la vaccination de masse, surtout lorsqu'il est question de gros sous pour certains lobbies.
Ce n'est pas la vaccination qui est problématique en soit, mais, c'est l'impossibilité à pouvoir s'exprimer et réfléchir sans se voir attaqué de toutes part de façon virulente par des groupes de pressions.
Difficile dès lors de faire valoir que des personnes puissent tomber malade suite à un vaccin.
Il semble établit pour certains qu'il serait impossible d'être rendu malade par un vaccin, voir, qu'il faille banaliser le fait d'être rendu malade suite à une campagne de vaccination se devant préventive.
De nombreuses personnes semblent prêtes à considérer les personnes qui pourraient devenir malades suite à une vaccination comme étant une perte acceptable, sans remettre leurs connaissances en question, ce point la me dérange terriblement, car, si des personnes malades il y a du fait de la vaccination, c'est qu'il faudra reconsidérer le sujet de l'obligation vaccinale.
C'est un problème d'ordre éthique, est t'il normal de rendre des personnes malades, si cela peut en protéger d'autres ?
Au niveau européen, une jurisprudence a été créée pour protéger les éventuelles victimes de la vaccination.
Les virus ont mis des millions d'années à se créer et devenir complexes.
L'humain bricole ici et la pensant détenir la vérité sur toutes ses choses, hors, l'humain ne contrôle en rien l'évolution des virus, il joue avec, c'est différent.

Discours radical

La position des provaccins

Les partisans de la vaccination défendent les trois positions suivantes :

J’ai vu mourir des enfants d’une maladie qui aurait pu être évitée par la vaccination

Il peut arriver que des enfants meurent d’une infection. Cette vérité est délicate et ne peut en aucune manière minimiser le drame de la mort d’un enfant (ou d’un adulte). Mais le fait qu’il existe un vaccin pour un agent pathogène particulier ne signifie pas automatiquement que « la maladie peut être évitée par la vaccination ». Il existe de nombreux exemples de maladies et même de décès qui se produisent chez des enfants complètement vaccinés. Ce qui est complètement occulté dans la discussion, c’est le nombre de ceux qui sont handicapés à vie ou qui sont décédés après avoir reçu des vaccins.

Les enfants vaccinés sont protégés

Le public accepte généralement et totalement le fait que les enfants vaccinés ne seront pas malades et que tous les enfants non vaccinés contracteront l’infection.

Le fait que VOUS vous fassiez vacciner m’empêche MOI de tomber malade

Les preuves scientifiques sont là pour prouver que des individus qui ont reçu des vaccins à virus vivants tels que le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), le rotavirus, la varicelle, le zona, la grippe (par voie nasale) peuvent excréter le virus pendant des semaines ou même des mois et peuvent infecter des personnes vaccinées et non vaccinées. Et, si je suis vacciné et que vous avez une mauvaise alimentation, que vous ne vous lavez pas les mains, comment mon vaccin pourra-t-il vous empêcher de tomber malade ?

Ce concept a été largement diffusé parmi le personnel des soins de santé dans la plupart des états où ces personnes  doivent absolument recevoir le vaccin contre la grippe pour garder leur emploi.  En 2013, une méta-analyse de huit études montrait qu’il existait peu de preuves que la vaccination du personnel de santé offrait une protection pour les patients. Les travailleurs prennent donc tous les risques d’effets secondaires et les patients n’en retirent aucun bénéfice.
Consulter les différentes études de l'Université du Minnesota : http://www.cidrap.umn.edu/news-perspective/2013/09/analysis-%20finds-limited-evidence-hcw-flu-vaccination
L’insistance à diaboliser les non vaccinés est totalement inappropriée et la vaccination forcée est la pire forme d’intimidation. La vaccination est devenue la vache sacrée médicale, elle est définie comme étant « une procédure médicale qui est, de manière injustifiée, à l’abri de la critique ». Les médecins et les patients qui s’autorisent à remettre les vaccins en question sont ridiculisés et marginalisés.

Un discours radicalement fermé

"Je suis infirmier, je soigne des gens fragiles, sauvés par la vaccination, sans conditionnel aucun."
Ici, la personne qui s'exprime se place comme étant qualifié pour dévaloriser son interlocuteur.
Si effectivement le vaccin peut sauver des vies, nous le savons, la thèse à ne pas écarter est qu'il serrait possible de devenir malade suite à un vaccin.
Le discours "sans conditionnel aucun" comme le dit la personne qui c'est exprimée ne laisse plus de place pour l'expression des patients qui tomberaient malades suite à un vaccin.
Le principe de précaution fonctionnerait ici à sens unique, ce qui n'est pas du tout scientifique mais de l'ordre d'un dictât imposés par ceux qui estiment posséder le savoir.
Nous avons le devoir de protéger des vies mais certains refusent de penser que des personnes puissent tomber malades suite à des vaccins.
Si c'est le cas, ses personnes préféreront minimiser la situation en estimant que c'est une situation normal de discréditer la parole des patients et des victimes de l'obligation vaccinale.
Il serrait nécessaire de prendre en compte le conditionnel pour permettre un échange scientifique rigoureux et ne pas se fermer au principe que les vaccins pourraient rendre des personnes malades.
"Je connais des gens tres pro qui disent qu'il n'y a pas de problème écologique, d'ailleurs le printemps a été plutôt frais... #MemeRaisonnement"
Quand les provaccins parlent pour rien dire, toujours pour rabaisser leurs interlocuteurs, voir, des patients qui sont eux même victime de la vaccination, ça donne ça...
Notons que sur cette base d'échange ils ne souhaitent pas le bien des patients, ou, des victimes, mais, simplement ridiculiser la personne avec laquelle ils s'expriment.
Ce n'est en rien une méthode scientifique que d'empêcher les personnes de vouloir se renseigner sur l'antithèse, c'est même tout simplement impoli et dangereux pour toute la population.
Le principe de précaution est à prendre en considération pour les personnes qui pourraient être malades suite à une vaccination.

Stratégie de leurre

"Votre position sur la vaccination montre que vous croyez la science quand ça vous arrange..."
Croire en la science est une antinomie, il faut faire la différence entre croire et savoir.
"Selon vous, la terre est plate ou sphérique ?"
"Vous ne m'avez pas répondu sur la forme de la terre, je peux vous sortir des articles prouvant les deux théories (la "rondiste" et la "platiste", toutes puisées sur le net, et toutes fiables)."
Plutôt que d'apporter des informations complémentaires pour créer un échange de qualité, cette personne qui s'affiche ici en tant que provaccin attaque sur les croyances personnelles en affirmant connaître la prise de position de l'interlocuteur. Il pose des questions ridicules, pour discréditer la personne durant l'échange, plutôt que de chercher à être honnête intellectuellement en considérant qu'il soit possible que les vaccins ne soient pas parfait, et, de ce fait, que les vaccins puissent rendre une personne malade, ou, que certains vaccins puissent être inefficaces.
"Ne pas vous vaccinez ou vacciner vos enfants, c’est vous mettre en danger mais c’est surtout mettre en danger ceux qui vous entourent."
Le débat se cantonne à la peur, quand bien même les risques d'épidémies puissent t'ils être bien réels, notamment avec une population de plus en plus importante.
L'interlocuteur se refuse à prendre en considération les personnes pouvant devenir malades après une vaccination, ou, que certains vaccins puissent être inefficaces.
De plus, le rapport de l'OMS sur la disparition de la variole précise bien que la vaccination n'a pas suffit à faire disparaître l'épidémie.
Seul la politique d'endiguement a été réellement efficace, associé à cela des soins personnalisés au cas par cas.
"Il suffit de regarder le taux de La décès infantile dans les pays où il n,y a pas d’obligation vaccinale . Perso je suis infirmière et j?ai déjà vu un bébé mourir de la rougeole. Et en tant que soignante je n’imagine pas ne pas me vacciner il faut se protéger et protéger les autres."
Hormis le fait de relever les fautes d'orthographe, et, de construction de phrase, on peut se cantonner à l'information apportée : Les décès dans les pays ou il n'y a pas d'obligation vaccinale ...
De tels pays sont confrontés à de nombreux autres problèmes, alimentation, famines, accès à l'eau, hygiène, éducation ... Améliorer toutes ses conditions, et, les épidémies se verront très fortement endiguées.
"Il n’y a pas de preuves que ce soit dû aux vaccins. Et très concrètement - malheureusement - tout médicament peut avoir des effets secondaires non désirés (c’est le cas du paracetamol, qui peut être mortel, et pourtant personne ne propose de le supprimer des pharmacies où il est même vendu sans prescription médicale). Ça ne justifie pas l’interdiction des vaccins qui sont inoffensifs dans la majeure partie des cas."
On a ici un double discours ... Tout médicament peut avoir des effets secondaire ... Mais on ne s'en préoccupe pas, car, on considère les vaccins comme étant inoffensifs. (Cette idée est imposée.)

Le commerce des Docteurs savants

Les lobbies pharmaceutiques sont t'ils attirés par les bénéfices ?

Alcools forts en médecine

Quand le whisky était vendu comme un remède qui soignait tout...

Huile de cannabis

Actuellement, le prix indiqué du cannabis thérapeutique est de l'ordre de 60000 à 80000 euros le litre.
Prix de la médecine, vs, prix de la mafia ! Les patients passent totalement au dernier plan.

Héroïne en médecine

Les laboratoires Bayer vendaient de l'Héroïne au début du siècle dernier en affirmant que ce médicament était parfaitement adapté en tant que somnifère pour les enfants.
À cette époque, la plupart des substances connues aujourd'hui comme addictives (Opiacés, cocaïne...) étaient alors en vente libre en pharmacie.

Résultats de la vaccination

Au total, les vaccins ont permis de maîtriser à des degrés divers sept graves maladies humaines : la variole, la diphtérie, le tétanos, la fièvre jaune, la coqueluche, la poliomyélite et la rougeole. 
Jusqu'à présent, une seule maladie, la variole, a été éradiquée par les vaccins, épargnant quelque cinq millions de vies par an.
Si la plupart des vaccins employés à l'heure actuelle existent depuis des décennies, c'est seulement au cours des 15 dernières années que l'on a étendu leur protection à la majorité des enfants du monde en développement. Seul un quart environ d'entre eux était vacciné quand, au milieu des années 80, l'UNICEF et l'OMS ont demandé aux pays de s'engager à vacciner régulièrement 80 % des nourrissons avant 1990.
Source : https://www.unicef.org/french/pon96/hevaccin.htm
"Mais alors, si la vaccination des enfants est si récente, la variole aurait été éradiquée, sans même que les enfants ne soient vaccinés, donc, avec une couverture vaccinale pas si étendue que ça au final ?"

Maladies concernées par la couverture vaccinale

Liste non exhaustive.

Coqueluche

En 1948, on invente le vaccin contre la coqueluche. Les taux, auparavant, pouvaient parfois atteindre 10 à 100 cas pour 100 000 habitants.
Les taux baissent immédiatement pour redescendre à moins d’un cas pour 100.000 en 30 ans.
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins

Diphtérie

C’est en 1924 que le vaccin contre la diphtérie est commercialisé. Le taux d’incidence de la maladie s’étiole alors peu à peu pendant 10 ans avant de quasiment devenir nul dans les années 40.
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins

Grippe

Grippe : faut-il se faire vacciner ?
L'ère des épidémies n'est pas révolue.
Entre 1918 et 1920 la "grippe espagnole" a provoqué au moins 20 millions de morts dans le monde.
La grippe ne sera jamais éradiquée car le virus évolue, obligeant à mettre au point un vaccin différent chaque année, dont l'efficacité n'est que de 60 à 80 % selon les personnes.
Source : https://www.dossierfamilial.com/actu-sante/maladies/les-vaccins-sont-ils-efficaces-54977
La source "dossierfamilial" se fera immédiatement critiquer comme étant de mauvaise qualité, pour empêcher toutes discussions plus en avant.
Quand les provaccins ne souhaitent pas évoquer les cas des maladies pouvant subvenir suite à une vaccination, tout prétexte est bon.
Pourtant, les chiffres sur l'efficacité du vaccin peuvent être vérifiés et confirmés via des sources complémentaires.
Ici, cet article a permis d'appréhender le sujet et les statistiques présentées sont intéressantes :
Le vaccin de la grippe n'est pas à 100% efficace ce qui démontre que ce vaccin n'est pas une réponse ultime pour ne pas attraper la grippe.
"Quant au vaccin contre la grippe, il n’empêche pas d’attraper la grippe, il empêche juste des gens fragiles d’en mourir."
Le problème avec le vaccin contre la grippe, c'est qu'il ne fonctionnerait que à hauteur de 60% à 80% et uniquement sur certaines formes de grippes.
Il est donc faux d'affirmer en l'état que le vaccin contre la grippe protège de la grippe.
Certain diront qu'il faut augmenter la couverture vaccinale contre la grippe, et, inclure un spectre de protection bien plus large.
On serait donc ici bien dans une couverture vaccinale nécessaire, et, à amplifier.
Paradoxalement, le discours est tronqué, puisque les experts affirment que le vaccin sauve des vies, alors qu'il serait partiellement inefficace et que son spectre d'action serait actuellement réduit.
D'autres lectures nous apprennent que l'alimentation joue un rôle important pour ne pas attraper la grippe.
Manger de l'ail par exemple permet de fortifier son organisme.

Fièvre jaune

.

H1N1

En 1994, il y a eu en France une campagne indécente. Durant cette campagne, des médecins universitaires ont dit n’importe quoi, des revues médicales ont colporté ce n'importe quoi. Il est important que nous comprenions comment et pourquoi cet énorme mensonge a pu occuper une telle place. D’autant plus que ce " n’importe quoi " n’était pas n’importe quoi. C'était le discours le plus apte à terroriser la population, à générer des profits les plus élevés pour l’industrie pharmaceutique. Et il n’est pas dit que dans d’autres domaines, la soif de profit ne soit pas à l’origine d’autres mensonges et d’autres manipulations.
Surtout, si on ne s’interroge pas sur la responsabilité des revues médicales et des différentes institutions médicales et sur la responsabilité des pouvoirs publics.
C'est ce qu'exprime le Pr. Bernard BEGAUD (Pharmacologue à Bordeaux) dans sa déclaration lors de la commission d’enquête sur les moyens excessifs utilisés lors de la campagne de vaccination conte la grippe H1 N1.
Nous avons connu en France, en 1994, une campagne publicitaire au cours de laquelle des universitaires ont été particulièrement médiocres, au cours de laquelle des responsables politiques ont été ridiculement incompétents et où beaucoup d’entre nous ont laissé faire. Tout cela s’est organisé autour d’un mensonge, il serait bon si nous voulons vraiment dépasser cette épreuve que nous disions que la voie salivaire joue un rôle faible ou négligeable...
Vacciner tout le monde dans la précipitation et l'excitation en racontant des mensonges n'est pas acceptable.
Jean-Pierre LELLOUCHE
Source : https://pediablogdlh.blogspot.com/2013/10/hepatite-b-le-mensonge-de-la-salive_6.html

Hépatite A

.

Hépatite B

En France, ce sont les transmissions par voie sexuelle et par injections avec du matériel contaminé qui sont majoritaires.
Dans 25 à 30% des cas, le mode de contamination reste inconnu.
On vaccine des enfants dès l'âge de 2 ans, contre l'hépatite B, pourtant, l'hépatite B se transmet par le sang et le sexe.
On m'expliquera que le vaccin serait plus efficace à cet âge la.
Une autre source expliquera qu'il n'en est rien, car, à l'adolescence, le corps ne possédera plus les défenses immunitaires.
Il faudra alors un nouveau vaccin en rappel. Peut t'on alors considérer que le vaccin de l'hépatite B est inutile pour les jeunes enfants ?
"L'hépatite B se transmet par le sang et le sexe" "Elle se transmet aussi par la salive et les liquides issus d'une plaie."
En 1994, il y a eu en France une campagne indécente. Durant cette campagne, des médecins universitaires ont dit n’importe quoi, des revues médicales ont colporté ce n'importe quoi. Il est important que nous comprenions comment et pourquoi cet énorme  mensonge a pu occuper une telle place. D’autant plus que ce " n’importe quoi " n’était pas n’importe quoi. C'était le discours le plus apte à terroriser la population, à générer des profits les plus élevés pour l’industrie pharmaceutique. Et il n’est pas dit que dans d’autres domaines, la soif de profit ne soit pas à l’origine d’autres mensonges et d’autres manipulations. Surtout, si on ne s’interroge pas sur la responsabilité des revues médicales et des différentes institutions médicales et sur la responsabilité des pouvoirs publics. C'est ce qu'exprime le Pr. Bernard BEGAUD (Pharmacologue à Bordeaux) dans sa déclaration lors de la commission d’enquête sur les moyens excessifs utilisés lors de la campagne de vaccination conte la grippe H1 N1.
Source : https://pediablogdlh.blogspot.com/2013/10/hepatite-b-le-mensonge-de-la-salive_6.html
Nous avons connu en France, en 1994, une campagne publicitaire au cours de laquelle des universitaires ont été particulièrement médiocres, au cours de laquelle des responsables politiques ont été ridiculement incompétents et où beaucoup d’entre nous ont laissé faire. Tout cela s’est organisé autour d’un mensonge, il serait bon si nous voulons vraiment dépasser cette épreuve que nous disions que la voie salivaire joue un rôle faible ou négligeable...
Jean-Pierre LELLOUCHE
L'hépatite B est-elle fréquente ? Oui, l'infection est fréquente, même si une grande majorité des patients infectés guérira rapidement, sans passage à la chronicité. Environ 2 milliards de personnes dans le monde seraient infectées par le virus de l'hépatite B, dont 350 millions souffrant d'une hépatite B chronique. En France, environ 280 000 personnes présentent une hépatite B chronique.
Source : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/hepatites/hepatite-b/12894-hepatite-b-10-questions.htm

Hépatite C

.

Oreillons

Le vaccin est trouvé en 68. 10 ans plus tard, en 78, le taux d’incidence des oreillons est passé de 5 pour 100.000 à 0 pour 100.000. Besoin de preuves supplémentaires ?
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins
Effectivement, pour les oreillons, je suis perplexe, faire vacciner 100.000 personnes, pour contrer 5 cas, je trouve ça réellement disproportionné.
Peut on parler ici de cobayes, et, de chiffres biaisés ?

Poliomyélite

En 1954, l’Américain Jonas Salk met au point le premier vaccin injectable contre la poliomyélite. Pour prouver son efficacité, un vaste essai est lancé aux États-Unis, mobilisant plus de 2 millions d’enfants. Après être passés à la piqûre, ces petits Américains reçoivent des sucettes estampillées « pionniers de la polio ».
En avril 1955, les résultats sont annoncés à la presse. « Ce fut un véritable chaos : les journalistes s’arrachaient les dossiers de presse puis couraient à la recherche d’un téléphone. Le vaccin était efficace. Il protégeait à 70 % contre le virus de type 1 et à 90 % contre le virus polio de type 2 et 3. Le triomphe était total. Le 22 avril, Jonas Salk fut invité à la Maison-Blanche pour y être décoré par le président Eisenhower », relatent (3) Frédéric Tangy et Jean-Nicolas Tournier.
En 1957, un médecin d’origine polonaise, Albert Sabin, invente un vaccin oral contre la polio. Ce vaccin et celui de Salk seront utilisés pour combattre la maladie, presque éradiquée aujourd’hui, sauf dans trois pays (Afghanistan, Nigeria, Pakistan). Entre 1988 et 2016, le nombre des cas de polio a chuté de plus de 99 %, passant de 350 000 à 37 cas notifiés. Grâce aux vaccins.
(1) Vaccins, éditions Odile Jacob, 2017
(2) Louis Pasteur le visionnaire, La Martinière, 2017.
(3) Les vaccins pour les nuls, édition pour les nuls, 2017.
Source : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Deux-siecles-progres-grace-vaccins-2017-12-26-1200902034
A partir du moment où le vaccin contre la polio est découvert, en 1956, il suffit de 4 ans pour éradiquer la maladie en Amérique du Nord.
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins

Rage

Les travaux de Jenner sont examinés un siècle plus tard avec attention par un certain Louis Pasteur. Ce chimiste de talent est convaincu que des formes atténuées de microbes peuvent protéger contre les maladies qu’ils provoquent. Dès 1879-1881, il vérifie la validité de sa théorie contre le choléra des poules et la maladie du charbon chez les ovins et bovins.
Puis Pasteur s’attaque à la rage. Pour atténuer le virus, il fait sécher des moelles épinières de lapins infectés. Au bout de quinze jours, le virus séché est devenu inoffensif. « Pasteur décide alors d’inoculer à des chiens des petits fragments de ces moelles selon la technique de la mithridatisation, qui consiste à délivrer des petites doses croissantes de poison pour au final s’en protéger, explique le professeur Schwartz. Au départ, Pasteur inocule au chien une moelle vieille de quinze jours totalement inoffensive, puis une moelle de quatorze jours, puis de treize jours, pour finalement délivrer de la moelle virulente d’un lapin mort la veille de la rage. »
L’expérience est un succès chez les chiens. En juillet 1885, Pasteur applique donc sa technique sur un garçon de 9 ans, Joseph Meister, venu d’Alsace avec sa mère après avoir été mordu par un chien enragé. À l’hôpital Necker, l’enfant reçoit une première solution de moelle de lapin de quatorze jours puis une nouvelle injection quotidienne pendant treize jours.
Le dernier jour, Joseph Meister reçoit le virus vivant. Commence alors une attente aussi fébrile qu’angoissante. Mais le garçon ne développe pas la rage et survit. Une percée dont Pasteur ne fera bénéficier le grand public qu’après la vaccination en octobre 1855 d’un deuxième enfant, Jean-Baptiste Jupille.
Dans les mois qui suivent, des dizaines de patients accourent pour se faire vacciner. De France, mais aussi d’Amérique et de Russie. En mars 1866, Pasteur a vacciné avec succès plus de 350 personnes. « Il y a lieu de créer un Institut vaccinal contre la rage », déclare le scientifique, donnant le coup d’envoi d’une souscription publique qui permettra la construction de l’Institut Pasteur, inauguré en 1888.
Source : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Deux-siecles-progres-grace-vaccins-2017-12-26-1200902034

Rougeole

"Connaissez-vous les risques liés à la contraction de la rougeole par un enfant ?"
Quatre à cinq jours après les premiers symptômes apparaissent un signe caractéristique de la rougeole : une éruption cutanée. Celle-ci apparaît tout d’abord au niveau des oreilles, puis du visage et enfin sur le reste du corps. Cette éruption reste présente généralement une dizaine de jours et est accompagnée de fièvre et de toux.
Dernier symptôme : la fatigue. “Ce dernier symptôme sera le plus long à disparaître et pourra persister plusieurs jours après l'apparition de la rougeole. Généralement, le temps d’incubation (temps entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) est d’une dizaine de jours” souligne l'expert.
"Monsieur, êtes vous médecin ?"
"Saviez-vous que la rougeole pouvait tuer des années après avoir été contractée ?"
"Que ce qui permet qu’elle reste bénigne, c’est justement que la plupart des gens sont vaccinés."
On retrouve toujours la référence du êtes vous médecin, pour réduire l’interlocuteur à une personne qui ne serait pas en capacité de comprendre.
Ses personnes prennent très rarement position sur le fait que des personnes puissent être victimes des vaccins et devenir malade suite à une vaccination.
Au total, de 2008 à 2012, la France subit une épidémie de rougeole avec 23 000 cas et 10 décès.
Suite à plusieurs vagues d’épidémie et décès dus à la maladie à travers le pays, la vaccination contre la rougeole, via le ROR, devient obligatoire pour les enfants français nés à partir du 1er janvier 2018.
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rougeole#En_France
Le vaccin contre la rougeole est introduit au tout début des années 1960. Comme on peut le voir sur ce graphique, le taux d’incidence de la rougeole diminue alors drastiquement aux Etats-Unis en quelques années, passant au début des années 1970 de 10 à 30 cas pour 1000 à 1 ou 2 cas pour 100 000.
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins

Tétanos

.

Tuberculose

Mise au point en 1921 du célèbre BCG des Français Albert Calmette et Camille Guérin.
La tuberculose était responsable à l’époque du quart de la mortalité infantile dans les pays européens.
En 1930, le BCG faillit toutefois connaître un sérieux coup d’arrêt quand 72 enfants allemands vaccinés succombèrent d’une tuberculose généralisée à la suite d’une erreur de fabrication du vaccin.
Un drame, comme il y en eut quelques autres dans l’histoire de la vaccination.
Source : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Deux-siecles-progres-grace-vaccins-2017-12-26-1200902034
On ne vaccine plus systématiquement en France contre la tuberculose, alors même que la maladie n'a pas été éradiquée, mais tout simplement car en cas de survenance elle est très bien prise en charge.

Rubéole

Le vaccin sort en 1969. Dès 1980 plus personne n’a la rubéole.
Source : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins

Variole

Bien que rudimentaire, la variolisation connaît un vif succès, notamment au XVIIIe siècle sous l’impulsion de Lady Mary Montagu, femme de l’ambassadeur d’Angleterre à Constantinople. Femme de lettres et féministe, celle-ci ne tarde pas à s’intéresser à cette méthode anti-variole, maladie à laquelle elle a survécu mais qui a tué son frère. En 1718, elle fait inoculer le virus à son fils Edward, âgé de 5 ans.
Prudents et sans trop s’embarrasser de considérations éthiques, les médecins britanniques commencent par la tester sur six détenus d’une prison de Londres en 1720.
L’année suivante, Lady Montagu marque les esprits en immunisant sa fille de 4 ans en présence des praticiens de la cour d’Angleterre.
L’étape suivante va être menée par Edward Jenner, un médecin de campagne anglais. Celui-ci a constaté que les vaches développent une forme bénigne de variole, la « vaccine », qui touche les femmes chargées de la traite. Celles-ci développent de vilaines pustules sur les mains mais sortent indemnes de chaque épidémie de variole humaine.
Un matin de mai 1796, le docteur Jenner reçoit Sarah Nelmes, une fermière qui, depuis quelques jours, présente sur les deux mains des pustules suintantes. Une occasion que le médecin décide de saisir immédiatement. Il prélève de la lymphe sur les mains de la paysanne et inocule cette vaccine animale à un garçon de ferme âgé de 8 ans, James Phipps. Quelques semaines plus tard, le médecin injecte cette fois à l’enfant de la variole humaine. C’est un succès : le petit James ne montre aucun signe de la terrible maladie.
Il faudra attendre 1798 et dix autres vaccinations pour que la découverte de Jenner soit prise au sérieux par la communauté scientifique. Très vite, les grands hôpitaux de Londres adoptent cette technique utilisée à Paris dès 1800 puis aux États-Unis, où le vice-président Thomas Jefferson en personne sera vacciné.
Source : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Deux-siecles-progres-grace-vaccins-2017-12-26-1200902034
La variole est un virus très résistant qui a été un véritable fléau pour l’humanité.
Au XXe siècle, 300 millions de personnes en sont mortes.  Elle a emporté Louis XV, la reine Mary II d’Angleterre et tuait au XVIIIe siècle un nouveau né sur dix en France, rappelle l’OMS.
Comment reconnaître la maladie ?
L'incubation (période silencieuse après le contact avec le virus) dure 12 à 14 jours. Le début de la maladie est une fièvre très élevée avec des maux de tête et des douleurs de dos.
Deux à cinq jours après survient une éruption de pustules qui débute sur le visage et descend sur le reste du corps. Elles se transforment ensuite en croûtes noirâtres très contagieuses qui laissent des cicatrices. La mortalité est élevée, (entre 20 et 50 % chez les sujets non vaccinés), et survient pendant les 2 premières semaines de la maladie.
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
Une autre source partage une période d'incubation qui va de 7 à 17 jours.
https://youtu.be/liCqBGcgLTQ
Le professeur Chastel a pu constater les ravages de la variole en Guinée, en 1957.
« C’est une maladie affreuse. Le malheureux malade est couvert de pustules, il en a aussi sur la muqueuse buccale, il en a dans les yeux, il en a sur la muqueuse respiratoire. En plus, ça sent mauvais. »
Comment se transmet la variole ?
C'est une maladie contagieuse se transmet soit directement d'homme à homme, soit par l'intermédiaire d'un objet contaminé sur lequel le virus peut survivre très longtemps.
Un patient atteint devrait donc être isolé de façon très stricte afin de ne pas contaminer son entourage. C'est la stratégie d'endiguement.
La variole n’est contaminante qu’après l’irruption de fièvre qui dure deux jours. Quand les boutons apparaissent, à ce moment-là il y a un risque de transmission important.
L’éradication du virus a été l’une des grandes victoires de la vaccination. Elle n’est toutefois survenue que près de 200 ans après la découverte du premier vaccin par Edward Jenner.
C’est le seul exemple d’élimination complète d’un agent infectieux de la surface de la terre par l’homme.
Source : https://www.parismatch.com/Actu/Sante/L-elimination-definitive-de-la-variole-fait-debat-155436
On m'impose l'idée :
"Ras le bol des mensonges des anti vax. La variole a disparu et heureusement grâce aux vaccins. Je suis historien, ça fait 20 ans que je travaille sur les épidémies dans l'histoire (Depuis les Romains) et j'en ai vraiment assez de toutes les bêtises répétées. Une fois pour toute : oui la rougeole tue."
On retrouve la notion de compétence, l’interlocuteur serait historien. Malgré tout, il passe d'une maladie à une autre, dans le même paragraphe, maladie citée dans un premier temps la variole, pour conclure sur la rougeole. Elles n'ont pourtant probablement pas la même histoire, et, les résultats obtenus avec la vaccination sont certainement différents, donc, une analyse différente serait à mener.
"Les menaces bioterroristes nous imposent de reprendre la vaccination contre la variole."
Déclaration au quotidien Le Monde du Professeur Henri Mollaret, bactériologiste responsable pendant vingt ans du laboratoire de l'Institut Pasteur de Paris spécialisé dans l'étude de la peste.
"Pourquoi fabrique-t-on de nouveaux vaccins ? Il s'agit uniquement de préoccupations de santé publique répète le ministère de la santé. Les États-Unis sont, avec l'anthrax, la cible d'attentats bio-terroristes, et la France veut être prête à faire face à toute éventualité. L'AFSSAPS (Agence du médicament) qui a réalisé une mission de vérification de la qualité des stocks de vaccin existants, se refuse à donner des précisions à la presse et renvoie toute demande vers le ministère."
"La variole a été éradiquée dans le monde entier, grâce à une campagne de vaccination, depuis 1980."
"Ce qu'on craint actuellement est une dissémination volontaire de virus conservés illégalement. Le Professeur Mollaret affirme que des souches existent en Iran et en Irak."
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
Le terrorisme est souvent utilisé pour justifier la mise en place de lois qui portent atteintes aux libertés et pour manipuler l'opinion publique, comme l'histoire nous l'a démontré.
C'est parce que la variole humaine a disparu que la vaccination n'est plus obligatoire en France depuis 1979, et les rappels ne sont plus obligatoires depuis 1984.
Les "moins de 35 ans" n'ont donc jamais été vaccinés et sont donc très fragiles en cas d'exposition.
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
Bien que la vaccination contre la variole ne soit plus obligatoire, aucune épidémie de variole n'est apparue en France ses dernières 35 années.
Le vaccin n'est pas disponible sur le marché. Il ne doit pas être utilisé de façon systématique car il est relativement mal toléré.
C'est un vaccin vivant qui ne doit pas être utilisé chez les immunodéprimés (patients sous chimiothérapie anticancéreuse, patients HIV, patients atteints de maladie grave…).
Les effets secondaires plaident contre une vaccination de masse.
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
D'après Bernard Kouchner "(…) ces vaccins étaient assez dangereux.
Il y avait un cas sur 100 000 environ d'encéphalite variolique qui se traduisait par la mort".
Autrement dit, sur 20 millions de personnes vaccinées, 350 seraient susceptibles d'en décéder.
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
En revanche dans le cas d'une réapparition de la maladie la reprise d'une campagne de vaccination serrait justifiée. Le Code la Santé Publique prévoit que : «En cas de guerre, de calamité publique, d’épidémie ou de menace d’épidémie, la vaccination ou la revaccination antivariolique peut être rendue obligatoire par décret ou par arrêtés préfectoraux pour toute personne, quel que soit son âge» article L.3111-8.
Plusieurs voix s'élevèrent pour protester, dont celle du Directeur général de l'OMS, le docteur Gro Harlem Brundtland, qui déclara :
« L'efficacité des vaccins existants est prouvée ; mais on observe une forte incidence des effets indésirables. La probabilité de ces réactions est suffisamment élevée pour ne pas procéder à la vaccination de masse tant que le risque d'exposition est faible, voire inexistant.
L’OMS confirme que la meilleure méthode pour enrayer une épidémie de variole, si elle devait se produire, reste la même : recherche et confinement. Cela signifie de rechercher les personnes atteintes, d’identifier celles qui ont été en contact et de les vacciner. » 
Source : https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/l-aventure-de-la-variole/
Comme il s'agit de l'un des plus anciens vaccins pratiqué par le passé, et l'un des plus étudiés (notamment avec le recul que l'on a aujourd'hui) nous savons désormais de façon certaine c'est qu'il n'est ni pleinement efficace, ni sans danger. On l'a utilisé pendant près de 170 ans, malgré ses innombrables échecs et des effets secondaires graves (sans parler des décès).
Il créait des flambées de la maladie (vaccine généralisée), des leucémies, des cancers de la peau, des encéphalites de tout ordre (convulsions, épilepsies,...), des eczémas et des complications pouvant conduire jusqu'à l'amputation ! Par ailleurs, à l'époque, les accidents n'étaient pas obligatoirement recensés, ainsi, selon les pays, on a des chiffres très disparates concernant le nombre d'accidents post-vaccinaux dus à la vaccination anti-variolique. Rien que pour les encéphalites ça va de 1 cas pour 200 000 à 1 pour 250 millions.
Source : https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/l-aventure-de-la-variole/
D'après un Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire du 25/10/2001, La vaccination généralisée de la totalité de la population française pourrait provoquer près de 20.000 cas d'effets indésirables, dont plus de 300 cas mortels et près de 100 cas de séquelles définitives d'encéphalites post-vaccinales. Bien sûr, il s'agit là de données statistiques officielles, et les accidents étant très mal recensés et sous-évalués, même et surtout aujourd'hui, rien n'empêche de concevoir qu'ils puissent être revus à la hausse. http://www.invs.sante.fr/publications/variole_2001/variole_vf.pdf
On peut regretter l'absence d'informations à ce sujet, et, la difficulté d'accès aux documents officiels, qui, qui plus est, disparaissent avec le temps.
Une source du CDC montrait via une image les complications causées par le vaccin, mais, elle n'est plus disponible : https://www.bt.cdc.gov/agent/smallpox/vaccineimages.asp
Certains de ces vaccinés sont morts des suites de cette vaccination, d'autres ont perdu la vue...
On peut regretter la encore l'absence d'informations à ce sujet, et, la difficulté d'accès aux documents officiels, qui, qui plus est, disparaissent avec le temps.
Le vaccin anti-variolique est-il obsolète ?
Effectivement, c'est un vaccin vivant, alors que la recherche a permis de faire des vaccins beaucoup mieux tolérés, vaccins à base d'antigènes, qui sont utilisables chez les immunodéprimés.
Cela n'a pas été fait pour la variole parce que la maladie était éradiquée le risque de réapparition très faible. Les crédits de la recherche ont donc été utilisés pour d'autres priorités.
Source - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
« Les campagnes d’éradication reposant entièrement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans QUELQUES pays mais échouèrent dans LA PLUPART DES CAS » Extrait du rapport final sur l'éradication mondiale de la variole ou CCEV (p32).
« En Inde, cinq ans après une campagne nationale d’éradication entreprise en 1962, le nombre de notifications était plus grand qu’il ne l’avait jamais été depuis 1958. Il eut été extrêmement coûteux et logistiquement difficile, sinon impossible, d’atteindre des niveaux beaucoup plus élevés de couverture. Avec les moyens disponibles, il fallait absolument changer de stratégie. »
Le 28 novembre 1972, le Dr Donald A. Henderson, chef du Service d’éradication de la variole à l’OMS déclara que « même dans la population vaccinée à 90%, on pouvait assister à des flambées épidémiques ». Il constata qu’avec ce type d’approche, on ne parvenait pas à faire complètement échec à la transmission.
Il fut alors décidé d’abandonner la vaccination de masse au profit d’une stratégie dite de « surveillance-endiguement », c’est-à-dire procéder à l’isolement des malades et à leur traitement individuel.
Source : https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/l-aventure-de-la-variole/
« La dissimulation des cas et des poussées épidémiques par le personnel sanitaire à différents niveaux posait un problème dans bien des pays. En certains endroits, les vaccinateurs et leurs supérieurs hiérarchiques qui avaient connaissance de la variole dans leur secteur étaient peu enclin à le notifier parce que la présence de la variole était considérée comme de nature à discréditer leur action de vaccination systématique...»
Rapport final de la Commission mondiale pour la Certification de l’Éradication de la Variole. Genève, décembre 1979 : https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/39258/a41464_fre.pdf
Variole: le mythe de la vaccination éradicatrice : http://initiativecitoyenne.be/article-variole-le-mythe-de-la-vaccination-eradicatrice-s-informer-avant-que-cela-ne-recommence-120061508.html
Faut t'il détruire les souches de la variole détenues dans les laboratoires ?
Selon Claude Chastel, les recherches « ne nécessitent pas du tout d’avoir la présence du virus lui-même ». « Les séquences virales sont parfaitement connues, on n’a pas besoin de garder vivant ce virus qui est très très dangereux », assure le scientifique. Kathleen Sebelius, ancienne secrétaire à la Santé américaine, s’inquiète de ce que certains pays n’auraient pas détruit ou transféré leurs échantillons du virus aux deux seuls laboratoires autorisés dans les années 1980, comme cela était demandé par l’OMS. « La communauté internationale considère que tous les États ont été de bonne foi, mais personne n’a jamais tenté de vérifier que chacun avait obéi aux demandes de l’OMS », écrit-elle. Pour le professeur Chastel, les choses sont plus simples : « Ou les gens sont de mauvaise foi et ils pensent à la guerre biologique, ou ils sont de bonne foi et à ce moment-là, on peut détruire le virus. »
Effet et théorème de Buchwald, 2 février 1970, épidémie de Meschede : à la télévision allemande Gerhard Buchwald affirme avec force l'effet aggravant de la vaccination antivariolique sur les vrais contacts. Il s'appuyait sur les constatations faites sur desinfirmières re-revaccinées au cours d'importations de variole en Allemagne et pourtant décédées de variole hémorragiques. Je vais désigner par "effet Buchwald" la propriété éventuelle et théorique d'un vaccin qui déclencherait la maladie chez une personne immunisée (ancienne maladie ou ancienne vaccination) et qui, vaccinée peu de temps avant ou après le contage, l'aurait évitée sans cette vaccination supplémentaire. Théorème de BUCHWALD : après l'importation d'une maladie contagieuse dans une population immunisée à 100%, on procède  à la vaccination des vrais contacts avec un vaccin doté de l'effet Buchwald. Ceux-ci feront la maladie contre laquelle ils étaient immunisés (C'est l'hypothèse), provoquant ainsi une épidémie. Application à l'investigation épidémiologique: observant des flambées épidémiques inattendues dans une population largement immunisée alors que l'on procède simultanément à la vaccination des contacts, il faut envisager que l'effet Buchwald puisse être une propriété du vaccin utilisé.
Source : http://p0.storage.canalblog.com/02/21/310209/90757466.pdf
Explication du théorème de Buchwald en vidéo :
https://youtu.be/fDKKoEb6Rno

Complications qui pourraient se déclencher suite à un vaccin

Autisme

Source : http://www.alis-france.com

Diabète

.

Sclérose en plaque

Extrait du communiqué de presse de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 juin 2017 :
« Dans son arrêt de ce jour, la Cour estime comme compatible avec la directive un régime probatoire qui autorise le juge, en l’absence de preuves certaines et irréfutables, à conclure au défaut d’un vaccin et à l’existence d’un lien causal entre celui-ci et une maladie sur la base d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants, dès lors que ce faisceau d’indices lui permet de considérer, avec un degré suffisamment élevé de probabilité, qu’une telle conclusion correspond à la réalité. En effet, un tel régime n’est pas de nature à entraîner un renversement de la charge de la preuve incombant à la victime, puisqu’il revient à cette dernière d’établir les différents indices dont la conjonction permettra au juge saisi de se convaincre de l’existence du défaut du vaccin et du lien de causalité entre celui-ci et le dommage subi.

En outre, exclure tout mode de preuve autre que la preuve certaine issue de la recherche médicale aurait pour effet de rendre excessivement difficile voire, lorsque la recherche médicale ne permet pas d’établir ni d’infirmer l’existence d’un lien causal, impossible la mise en cause de la responsabilité du producteur, ce qui compromettrait l’effet utile de la directive ainsi que les objectifs de celle-ci (à savoir protéger la sécurité et la santé des consommateurs et assurer une juste répartition des risques inhérents à la production technique moderne entre la victime et le producteur).

La Cour précise néanmoins que les juridictions nationales doivent veiller à ce que les indices produits soient effectivement suffisamment graves, précis et concordants pour permettre de conclure que l’existence d’un défaut du produit apparaît, compte tenu également des éléments et des arguments présentés en défense par le producteur, comme étant l’explication la plus plausible de la survenance du dommage. Le juge national doit en outre préserver sa propre liberté d’appréciation quant au point de savoir si une telle preuve a ou non été apportée à suffisance de droit, jusqu’au moment où il se considère en mesure de former sa conviction définitive. »
Vaccin hépatite B: La Cour européenne reconnaît le lien avec la sclérose en plaques : https://www.sante-nutrition.org/vaccin-hepatite-b-cour-europeenne-reconnait-lien-sclerose-plaques/

Maladies qui ont pris fin sans vaccin

D'après les provaccins, on ne peut pas combattre une épidémie sans vaccin, la vaccination serait indispensable pour voir disparaître une épidémie.

La peste

Que penser du fait que la peste ait disparue ?
L'amélioration des normes d'hygiène, notamment, permettraient bien d'endiguer et de voir disparaître une épidémie.

Comment éviter les vaccins obligatoires

Citation d'après la source : http://tout1savoir.eklablog.com/moyen-legal-pour-eviter-les-11-vaccins-a156891292
Lorsque votre enfant aura atteint l’âge de la vaccination, allez voir votre médecin traitant et demandez lui un BILAN DE SANTE de la Sécurité Sociale (ou de la MSA) qui attestera que votre enfant est APTE a recevoir les 11 vaccins.
Dites bien que vous n’êtes pas opposés à cette vaccination mais que du fait que votre enfant présente certaines fragilités, vous voulez cet examen de Santé afin de vous rassurer et pour ne nuire à la santé fragile de votre enfant.
Rappel : l'Examen Préalable de Santé est inscrit dans la LOI VACCINALE et de fait EST OBLIGATOIRE AVANT TOUTE VACCINATION.
Voici ce décret de Loi inclus dans la Loi des 11 vaccins qui OBLIGE à un examen préalable sur les patients AVANT TOUTE VACCINATION :
Articles 3 et 4 : http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&numTexte=02595&pageDebut=02595&pageFin=
Loi 11 vaccins : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/1/25/SSAP1732098D/jo/texte
Vous envoyez (où votre médecin) cette demande à la Sécurité Sociale (ou MSA) et dans l’attente, votre médecin vous fera un Certificat qui vous permettra de pouvoir mettre votre enfant dans une crêche ou à la maternelle. Vous êtes couverts.
Si vous avez un médecin récalcitrant (qui vaccine parce-que cela lui rapporte) CHANGEZ-EN.
Demandez à la Sécurité Sociale (ou à la MSA) de vous faire, suite aux examens qui seront réalisés sur votre enfant), une Attestation de leur part qui stipulera l’autorisation de vaccination qui sera signée par un RESPONSABLE qui reconnaîtra que votre enfant n’aura pas a avoir une santé déficiente suivant cette vaccination.
Vous attendrez longtemps !
L'Attestation signée de la Sécurité Sociale ou de la MSA est primordiale a demander car ce sont deux  ORGANISMES D’ÉTAT, ce même État qui impose la vaccination.

Conclusion

« En conclusion, il me semble que l'outil le plus puissant, le plus efficace et le plus sous-estimé dans la lutte contre les maladies transmissibles, est la technique de surveillance endiguement. »
Via la bibliothèque en ligne de l'OMS.
« Sur le plan stratégique, l’abandon de la vaccination de masse en faveur de l’approche dite de « Surveillance Endiguement revêtit une importance capitale.Avec ce type d’approche, on parvenait à faire échec à la transmission, même lorsque l’incidence variolique était élevée et les taux d’immunisation faible. La méthode consiste en la prompte détection des nouveaux cas, suivie de la recherche de tous les contacts possibles et leur isolement afin d’arrêter la transmission. »
Lorsque le Directeur général de l'OMS, le Dr H. MAHLER, proclama l'éradication de la variole en 1980, lors de l'Assemblée générale et mondiale de l'OMS qui réunissait tous les ministres de la santé de tous les états, il rappela l'importance de la stratégie qui ne reposait pas sur la vaccination de masse mais sur la technique de surveillance-endiguement :
« En raison du caractère exceptionnel de cette réalisation, il est important que les responsables de la santé publique, les historiens et les générations futures aient accès aux éléments d’appréciation sur lesquels ces conclusions ont été fondées. Le présent ouvrage L'Éradication mondiale de la variole – CCEV – analyse rigoureusement ces éléments. Puisse ce rapport final nous inciter tous à réfléchir à la manière dont cette expérience peut nous aider à nous atteler plus efficacement à la résolution d’autres problèmes de santé. »
Quand il est question d'obligation de vaccination, cela veut dire que l'état a pour obligation de dédommager les éventuelles victimes des vaccins.
Il est également du rôle de l'état de permettre la prise de parole et la prise en compte des victimes.
Il semblerait que dans de nombreux pays, des listes de retour sur incident que connaissent les patients suite aux vaccins soient tenues, pour avoir des statistiques et des informations plus précises.
Savons nous si un tel travail est mené en France, pour permettre aux patients d'être entendus et défendus, en cas de maladies qui se déclencheraient suite à un vaccin ?
D'après les informations que j'ai pu visionner, lorsque des médecins francophones s'expriment durant des conférences, nous n'aurions pas cet outil en France, ce qui serait assimilable à du laxisme, car, on ne peut dire qu'une méthode est fiable et sans risque si l'on refuse de prendre en considération les risques en écoutant les patients et en ne considérant pas les retours sur incidents.

Bibliographie

La qualité de certaines sources peut être sujet à discussions.
Malgré tout, les informations, les études menées, les statistiques, les experts cités, permettent de rechercher des sources fiables et à des documents officiels en corrélation.
Initié suite à la conversation Facebook : https://www.facebook.com/groups/338826916991180/359968701543668/
Les vaccins sont t'ils efficaces : https://www.dossierfamilial.com/actu-sante/maladies/les-vaccins-sont-ils-efficaces-54977
L'hépatite B est-elle fréquente : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/hepatites/hepatite-b/12894-hepatite-b-10-questions.htm
Faut-il reprendre la vaccination contre la variole - Dr Marine Olivier : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/special_biotox/sa_4700_variole.htm
Top 7 des maladies qui ont disparu grâce aux vaccins : http://www.topito.com/top-maladies-disparu-vaccins
La rougeole en France : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rougeole#En_France
Deux siècles de progrès grâce aux vaccins : Source : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Deux-siecles-progres-grace-vaccins-2017-12-26-1200902034
L’élimination définitive de la variole fait débat : https://www.parismatch.com/Actu/Sante/L-elimination-definitive-de-la-variole-fait-debat-155436
L'histoire de la variole : https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/l-aventure-de-la-variole/
Effet et théorème de Buchwald, 2 février 1970, épidémie de Meschede : http://p0.storage.canalblog.com/02/21/310209/90757466.pdf
Hépatite B, Le mensonge de la salive : https://pediablogdlh.blogspot.com/2013/10/hepatite-b-le-mensonge-de-la-salive_6.html
Variole : Le mythe de la vaccination éradicatrice : http://initiativecitoyenne.be/article-variole-le-mythe-de-la-vaccination-eradicatrice-s-informer-avant-que-cela-ne-recommence-120061508.html
Rapport final de la Commission mondiale pour la Certification de l’Éradication de la Variole. Genève, décembre 1979 : https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/39258/a41464_fre.pdf
Consulter les différentes études de l'Université du Minnesota : http://www.cidrap.umn.edu/news-perspective/2013/09/analysis-%20finds-limited-evidence-hcw-flu-vaccination
OMS - Surveillance de la Variole : https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/68179/WHO_SE_75.76_fre.pdf;jsessionid=F6EAC69F9D16E6637E159576C3F1F654?sequence=1
Unicef : https://www.unicef.org/french/pon96/hevaccin.htm
ALIS : http://www.alis-france.com

NAVIGATION

PARTICIPER ET PARTAGER

Vous êtes sur le wiki de Vision du Web.
Les pages présentées sur le wiki évoluent tous les jours.
Certaines recherches sont peu abouties et incluent des erreurs.
Pour participer sur le wiki, créer un compte utilisateur en haut à droite.
La recherche interne du wiki permet de trouver le contenu qui vous intéresse.
Les informations présentes sur ce wiki sont issues d'une recherche personnelle.
Identifiez-vous pour poser vos questions sur la page de discussion de VisionDuWeb.
Améliorer le contenu des pages en faisant des propositions depuis l'onglet discussion.
Les informations du wiki ne doivent pas servir à nuire à autrui ou à un système informatique.
De nombreux outils gratuits sont listés et disponibles dans la boîte à outils de Vision du web.
D'autres pages du wiki peuvent correspondre à vos attentes. La liste de toutes les pages du wiki.

VALORISER LE WIKI

Valoriser le contenu partagé sur le wiki avec un don en monnaie numérique :
AEON - Bitcoins - Bitcoins Cash - Bitcoins Gold - Bitcore - Blackcoins - Basic Attention Token - Bytecoins - Clams - Dash - Monero - Dogecoins - Ğ1 - Ethereum - Ethereum Classique - Litecoins - Potcoins - Solarcoins - Zcash

OBTENIR DE LA MONNAIE NUMERIQUE

Obtenir gratuitement de la monnaie numérique :
Gagner des Altcoins - Miner des Altcoins.
Consulter le miroir du wiki depuis Planet Hoster : Le miroir du wiki version du 12 Juillet 2019.